• Victor Bellot

Petit déjeuner No. 1 : Charles

Mis à jour : mai 3


Le soleil illumine pour la première fois le boulevard Raspail, le sixième arrondissement de notre chère Capitale se réveille gentiment quand je rejoins Charles chez lui, à quelques minutes du jardin du Luxembourg. Je m'enfonce dans le dédale de couloirs et gravis toutes les marches pour arriver au sommet de ce grand immeuble en pierre qui fait l'angle de la rue.

Les yeux encore plissés par Morphée, Charles m'ouvre la porte...

Au fond du couloir, un étudiant en architecture de master 2 vient d'ouvrir les yeux au son des trois coups de poings qui viennent de raisonner sur sa porte d'entrée. Les yeux encore plissés par Morphée, Charles m'ouvre la porte. Comme je ne souhaite en rien modifier les habitudes de ceux que je viens observer de bon matin, Charles s'engouffre dans la douche pendant que j'installe mon matériel. L'appartement lumineux doit faire 40 m2, la pièce principale qui fait au moins la moitié de la surface au sol sert de chambre, de bureau et de salon. D'une des fenêtres on peut voir le haut de l’église Saint Sulpice dépasser des toits et au loin Montmartre; l'autre fenêtre offre une vue dégagée sur la tour Montparnasse. Une cuisine et des rangements sont desservis par un petit couloir en L tandis que le petit vestibule d'entrée séparé par une porte mène à la salle de bain.

La musique se déclenche sur la grande enceinte derrière moi, Charles sort de la salle de bain et passe en cuisine sans plus de protocole.

Charles s'activant de bon matin


Pendant que les œufs crépitent dans la poêle je commence mon interview pour comprendre, à travers cet atlas de petits-déjeuner, les habitudes alimentaires de ceux à qui je rends visite :

Je me fais forcément des œufs et du bacon...

Victor : La musique qu'on entend ce matin c'est exclusivement pour moi ou c'est comme ça chaque matin ?

Charles : Ahaha non ce n'est pas que pour tes beaux yeux, j'écoute toujours de la musique, histoire de me réveiller. De temps en temps je regarde les infos mais vraiment selon l’heure. Mais je préfère "chiller" en musique

V : Il n'y a pas beaucoup de sucré dis-moi, tu manges salé tous les matins ?

C : Ouais, toujours à part le weekend !

V : Tu manges quoi le weekend ?

C : Alors le weekend, c’est céréales avec du yaourt grec et des fruits, un thé et souvent un jus, mais c’est parce-que c’est ma copine qui fait le petit-dej'. Elle se lève toujours en premier. Et quand elle n’est pas là, je me lève tard alors je me fais principalement des brunchs. Je me fais forcément des œufs et du bacon. Après si je me lève vers midi, souvent je fais pas mal de tomates à la poêle, des pommes de terre, je fais du sucré/salé et puis en dessert je vais me prendre des fruits. Je me fais un vrai brunch.


Charles finit la mise en place de son petit déjeuner, on change de pièce et je prends rapidement les deux photos qui constitueront notre atlas :





Je me prévois au minimum un quart d'heure pour manger.

V : Le beau repas que j’ai sous les yeux c’est ce que tu manges vraiment tous les matins ou tu changes un peu ?

C : Quasiment oui, à part si je suis super en retard. Là je mangerais juste deux tartines avec du beurre et de la confiture ou un petit bol de céréales avant de filer. Mais je bois au moins toujours un thé et un jus.

V : Donc quand tu n'as pas le temps tu oublies ce festin ?

C : Oui mais je me prévois au minimum un quart d’heure pour manger, c’est pas assez pour se faire cuire un truc mais après je peux manger du jambon et du fromage dans un bout de pain. Quand j’ai le temps je me fais cuire quelque chose, je mange quand même salé mais je fais un truc qui se prépare en deux secondes.

V : Ça fait longtemps que tu es sur ce régime œufs, charcuterie et fromage ?

C : Ça fait depuis l’IUT donc depuis plus de cinq ans. En fait, c’est depuis que j’ai quitté le lycée.

V : Tu mangeais quoi au lycée ?

C : J’étais à l’internat donc j’avais pas trop le choix, alors je mangeais pas grand-chose. Le truc des petits déjeuner avec ma copine ça date depuis super longtemps parce-que soit je me levais plus tôt et j’allais au petit-dej' à l’internat mais je ne voyais pas ma copine, soit je me levais plus tard j’allais pas au petit-dej' et elle me ramenait une bouteille du jus d’orange et des tartines de nutella qu’on mangeait ensemble. Mais en soi, à l’internat, c’était vraiment "dégueu". C’était de la baguette rassie avec de la confiture de sous-marque et du lait au chocolat juste imbuvable. Tout était en poudre, on avait pas de thé, ni de café.

V : Donc après le lycée tu t’es lâché pour compenser !

C : Ouais j’ai eu une période avec un petit-déjeuner typiquement anglais à base de saucisses, bacon, œufs brouillés et tomates. Mais petit-à-petit, j’ai allégé parce que vu qu’avec l’école on mangeait normalement le midi, c’était beaucoup trop et j’étais un peu en décalé. Je mange quasiment pas le soir, je me fais une soupe avec quelques Krisprolls sauf si je sors et que je fais un dîner avec mes amis. C’est pour ça que je mange beaucoup le matin.


Le burger le matin, c'est pas à refaire, c'est hyper costaud !

V : C'est une habitude familiale ? Tout le monde se fait de gros petits-déjeuners salés et un dîner léger chez toi ?

C : Non pas du tout mes parents mangent le petit-dej' typiquement français genre baguette, viennoiseries, café et c’est tout. Après on a jamais dérogé au petit-déjeuner, tout le monde mange le matin, ça a toujours été comme ça. Le weekend quand je rentre, je prends le petit-dej' avec les parents et c’est ça depuis que je suis né.

V : Tu changes ta manière de manger quand tu es avec eux ?

C : Ça m’arrive oui, effectivement. Notamment quand il y a des viennoiseries ou d’autres choses qu’au final je ne mange pas la semaine, du coup forcement j’alterne un peu. Mais vraiment le weekend j’ai tendance à manger plus sucré, je m’adapte. Quand j’étais petit je mangeais du nutella ou des biscuits enfin vraiment le petit-dej' classique.

V : C’est quoi le plat le plus lourd que tu aies mangé un matin ?

C : C’était un burger ! C’était l’époque où je me faisais des saucisses, il ne me restait que du steak haché. Du coup je l’ai fait cuire, j’avais des pains à burger qui restaient … je me suis dit : pourquoi pas ? Du coup je me suis fait un œuf au plat en plus et du fromage fondu. C’est pas à refaire, c’est hyper costaud ! (rire) Et pour commencer la journée, c’est juste sale.

V : C’est quoi ton petit-déjeuner de rêve ?

C : Franchement c’est pas très compliqué, je pense le petit-dej' anglais mais le vrai, le complet tu vois. Typiquement quand tu vas dans un hôtel avec un buffet avec tous les trucs, en vrai c’est le petit-dej' idéal. Je prendrais des petites saucisses bien caramélisées, le bon bacon bien frit, des pommes de terre, des œufs, etc. En fait c’est un peu ce que je me fais déjà mais après il y a toute la partie sucrée derrière, avec la vraie coupe de fruits découpés en morceaux, le vrai jus pressé, le bon café. En soit le petit-dej' de rêve il n'est pas inaccessible, faut juste un peu plus de temps.

V : Tu mangerais pas de poissons, pas de saumon fumé ou gravlax, ou des pièces de viande ?

C : Oulah, l’entrecôte le matin je suis pas sûr ! Par contre, du saumon le matin des fois ça m’arrive d’en manger le weekend. Notamment si je brunch avec quelqu’un, je vais forcement prendre du saumon. Mais la viande le matin je suis vraiment pas sûr d’assumer. (rire)

V : Tu n’es en fait pas vraiment très loin de ton petit-déjeuner de rêve ! Souvent on voit le petit déjeuner de rêve comme quelque chose de complètement différent du petit-déjeuner quotidien. Pour le tien, il n’y a rien d’inaccessible.

C : En fait le petit-dej' c’est mon repas préféré de la journée; vraiment si j’avais un repas par jour à garder ça serait le petit-dej'. Du coup je prends pas mal de temps à me faire plaisir, je me lève plus tôt et me prépare complètement avant pour vraiment prendre le temps de manger. Je suis douché, habillé, mes affaires sont prêtes, comme ça je sais exactement combien de temps j’ai pour manger. Je vois pas le truc extravagant que je pourrais manger en plus pour le petit-dej'.

V : Du poulet rôti, du foie gras, du caviar, du mimosa, des panna cottas

C : Tu vois je pense que même si c’est des choses que j’adore, c’est pas l’idée que j’ai du petit-dej'. Je sais pas si j’arriverais à manger du foie gras dès le matin, c’est un peu "hardcore" en vrai. Je te dis ça alors que je suis capable de me faire un burger ! (rire) Mais tu vois le foie gras ou le poulet rôti, juste le fait d’imaginer ça, posé au milieu de ta table à 7h du mat, ça me donne pas envie. Je veux bien tenter mais je sais pas si je réitérerais l’expérience par la suite !


Le soleil s'engouffre dans l'appartement, il est temps pour tout le monde de partir travailler, je remercie mon hôte pour son accueil et pour les quelques tartines au fromage frais qu'il m'a fournies discrètement pendant l'interview.


Je toquerai bientôt à une autre porte pour découvrir un nouvel univers, restez attentifs...


Salutations gourmandes,


Photographe culinaire - contact@victorbellot.com - 32 Rue du dragon 75006 Paris

  • Black Instagram Icon

© 2017 créé par Victor Bellot tous droits réservés.

Photographe Culinaire Paris - Photographe Culinaire Bordeaux